Le foyer du coeur ou Théo et les en-forêt - 6/7-

Publié le par polly


             

En arrivant à proximité, il demanda aux adultes de bien vouloir attendre en peu pour lui laisser le temps de prévenir Théo.

L'animal, heureux de retrouver son ami, en oublia sa crainte des hommes et accepta bien volontiers de se montrer à l'extérieur. Pour bien montrer qu'il n'y avait aucun danger Yann était monté sur son dos et se cramponnait à son cou.

Quand ils sortirent, tous se mirent à hurler et à détaler comme des lapins laissant leurs affaires éparpillées dans la gadoue, mais l'enfant leur cria :

-"Revenez, c'est mon ami ! Il veut nous aider… Regardez, il est gentil… Revenez s'il vous plaît"… ajouta-t-il une dernière fois en éclatant en sanglots.


Alors, ils s'arrêtèrent de courir et se retournèrent pour voir le dragon se coucher pour permettre à l'enfant de descendre, et éberlués, ils entendirent le mastodonte leur dire d'une grosse mais douce voix :

- "Je sais que je vous fais peur, mais je veux vous aider… Ma grotte est assez grande pour tous. Vous pourrez étaler et sécher vos affaires autour d'un feu… Théo… C'est mon nom… Je suis l'ami de Yann, et je suis comme vous, je me cache pour rester libre."

Les adultes sont toujours beaucoup plus méfiants que les enfants, aussi hésitèrent-ils à avancer.

Ils se concertèrent et conclurent qu'ils n'avaient pas beaucoup le choix que de faire confiance à ce monstre qui maintenant pleurait lui aussi.

- "Pleure pas Théo… le gronda gentiment Yann
- Non mon ami, c'est la pluie… tenta de justifier le dragon
- C'est ça oui… railla l'enfant, puis se tournant vers ses congénères, allez venez tous à l'intérieur !"


Yann disposa ça et là quelques fétus de brindilles sur lesquels Théo souffla quelques flammes et chacun put alors étaler ses affaires pour les faire sécher autour de tous ces petits feux qui leur rendirent à tous quelques couleurs et quelque espoir.

(pour lirer la suite cliquez là : ) 


Publié dans Les contes de Polly

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article