Le Père-Noël et ses clones

Publié le par polly

p-re-noel.gif



C’était un mois de juillet. Le Père-Noël, allongé dans un transat, sirotait un jus de fruit frais face à l’Océan Pacifique où il prenait quelques vacances bien méritées. Ses doigts de pieds en éventail battaient la mesure de la musique qu’il écoutait à travers le casque posé sur ses oreilles afin de ne pas déranger les autres vacanciers.

Tout à coup : le flash-info. « Deux chercheurs écossais ont réussi une expérience génétique absolument incroyable : le clonage d’une brebis. » Le journaliste expliquait qu’à partir des cellules d’une brebis les scientifiques avaient créé dans des éprouvettes une autre brebis absolument identique appelée Dolly.

Le Père-Noël qui est, comme on le sait un monsieur très âgé, était fort intéressé par la nouvelle. Il était en effet chaque année un peu plus fatigué par tout le travail qu’il lui fallait accomplir afin de faire plaisir aux enfants du monde entier. Bien sûr, les lutins l’aidaient énormément pour la fabrication des jouets, faire les paquets cadeaux et charger le traîneau, mais c’était à lui seul que revenaient certaines tâches en plus de la Grande Distribution, notamment aller à la rencontre des enfants. Oh ! Il adorait ces instants où ses yeux croisaient enfin ceux des petits où brillaient mille étoiles, mais ça le désolait de savoir que plein d’autres enfants n’avaient pas pu lui dire eux-mêmes dans le creux de l’oreille les cadeaux dont ils rêvaient ou n’avaient pas pu faire une photo assis sur ses genoux dans les galeries marchandes.

Il se dit alors que s’il pouvait avoir plein de frères en tous points identiques à lui-même, il pourrait faire  plaisir à plus de petits garçons et de petites filles.

Il délaissa donc son bermuda, le soleil et la plage pour rentrer immédiatement au Pôle Nord et convoquer Messieurs Wilmut et Campbell. Il demanda donc aux « papas » de Dolly de bien vouloir créer des clones de Père-Noël.

Les chercheurs n’étaient pas du tout d’accord parce qu’il était hors de question de faire ce genre d’expérience sur des hommes, mais comment résister au Père-Noël et à cet argument « faire le bonheur des enfants ».

Ils prélevèrent donc quelques poils de sa barbe et repartirent dans leur pays pour essayer, dans leurs éprouvettes de copier-coller le Père-Noël.

Le premier n’était pas franchement une réussite : il était trop maigre. C’est normal on ne peut pas réussir du premier coup. Le second était mieux, mais faisait un peu trop jeune. Le troisième était parfait, mais… beaucoup plus petit que le vrai. Bref, ils en fabriquèrent plusieurs centaines avant de se rendre compte que jamais ils ne parviendraient à en faire un seul qui fut la copie exactement conforme à l’original. Normal : le Père-Noël est unique !

Les scientifiques appelèrent le Père-Noël pour lui avouer que leur mission avait échoué et qu’ils se demandaient bien ce qu’ils allaient bien pouvoir faire de tous ces Pères-Noël un peu bizarres. L’homme en rouge leur dit que puisque c’est lui qui en avait fait la demande,  il s’occuperait de ces drôles de petits frères. Quand il les vit, il comprit immédiatement que les enfants, qui sont très très futés, ne seraient pas dupes de ces ridicules copies.

Pourtant maintenant qu’ils étaient là, autant qu’ils l’aident quand même. Il donna donc quelques conseils aux uns et aux autres pour qu’ils aient un peu plus d’allure, et à tous des paquets de bonbons à distribuer et les envoya dans les rues des villes, les galeries marchandes, les « arbres de Noël » des comités d’entreprises et les fêtes d’écoles pour aller à la rencontre des enfants du monde entier.

C’est pour cette raison que quelquefois, on peut croiser plusieurs Pères-Noël très différents presque au même endroit et en même temps,  parce qu’en plus ils ne sont pas très malins.

Les enfants ne disent rien, mais ils ont tout compris : il n’y a qu’un seul vrai Père-Noël qui travaille dur pour combler leurs attentes et les gâter le 25 décembre, alors ils lui pardonnent de leur envoyer ces rigolos bonshommes en rouge qui se font passer pour lui.


 

perenoel-et-clone.gif


 

Claudie Becques (02/01/2010)

Commenter cet article

Bernard Gout 03/01/2010 01:05


Charmant et bien argumenté, pour les éventuelles futures questions sur ce sujet.


polly 09/01/2010 08:50


Ouf vous me rassurez ! C'est qu'il faut que la réponse aux questions embarrassantes tiennent la route !