La véritable fausse histoire de Marie Grouette

Publié le par polly

 
Roberta de Vival33

Deborah
du blog
Oiseau  Lyre  

lance un jeu poétique :
A partir de
l'oeuvre d'art
à gauche


"La métamorphose
 de Roberta" de Vival33,

. Soit un poème en vers ou en prose

. Soit un conte qui commence
impérativement 
par "il était une fois"


Marie Grouette 



Il était une fois Le Roi et La reine du Romelaëre, qui vivaient dans le Nord de la France dans un château entouré de marais.

De leur union naquit Roberta, une très jolie princesse, mais au caractère très antipathique.

Elle se moquait de tous les prétendants qui se pressaient autour d’elle et la couvraient de cadeaux. Celui-ci avait un nez trop long, cet autre était trop petit, lui trop gros, celui-là avait des oreilles d’éléphant, bref aucun d’entre eux n’était, disait-elle, « digne de sa beauté ».

Un jour qu’elle se gaussait encore d’un malheureux qui, parait-il, possédait « les gros yeux globuleux d’un crapaud », l’éconduit se mit à crier haut et fort que la jeune fille regretterait ses sarcasmes.

Il fut aussitôt arrêté par les gardes royaux, mais lorsqu’ils l’enfermèrent dans une des geôles du château, il se transforma en batracien, qui sauta et se jeta d’entre les barreaux de la meurtrière, dans les douves, sous les yeux médusés des militaires.

______________________________

Roberta, aimait aller se promener dans les marais pour observer le merveilleux ballet des cygnes blancs sur l’eau. Elle emmenait avec elle pour l’accompagner, sa jeune soubrette prénommée Marie, lui intimant l’ordre de lui porter son grouet, un outil semblable à un crochet qui lui permettait de tirer vers elle pour les cueillir, quelques iris sauvages qu’elle affectionnait particulièrement.

Ces promenades étaient particulièrement désagréables à l’enfant qui, devenait le souffre-douleur de la détestable princesse.

Un jour une tige d’iris résista tellement que cette dernière tomba dans l’eau.

Tout d’abord épouvantée, la petite servante, fut prise d’un violent fou-rire en voyant la jolie chevelure habituellement couleur d’or de sa maîtresse, dégouliner de cette eau trouble et parsemée de lentilles.

La princesse folle de rage hurlait « Marie le grouet ! Tends moi le grouet… » Mais plus la princesse se débattait, plus l’enfant riait, et l’autre peu à peu s’enlisa.

Sur la berge, les yeux globuleux d’un crapaud observaient la scène sans bouger, puis il s’enfonça dans les roseaux lorsque plus aucun bouillon ne remonta plus à la surface.

La fillette prit alors conscience de toute l’étendue du drame et, courut en larmes et en tremblant annoncer la terrible nouvelle à ses souverains qui diligentèrent des secours, en vain.

Le corps de la princesse ne fut jamais retrouvé, et le roi et la reine ne survécurent pas au chagrin.

____________________________

Les anciens de la petite contrée du Romelaëre racontent pourtant encore aujourd’hui qu’à partir de ce jour-là, tous les enfants qui s’approchaient trop près de l’eau furent mystérieusement happés par le crochet d’une drôle de créature mi-femme, mi-crapaud portant couronne, qui surgissait de la vase des marais en hurlant « Marie le grouet ».

C’est ainsi que naquit la légende de Marie Grouette, qui fait toujours dresser les cheveux sur la tête de tous les petits enfants du Nord Pas de calais.

------------------------------------------------

Claudie Becques le 22/06/09


Publié dans Les contes de Polly

Commenter cet article

nico 08/12/2014 22:44

Il est beau ton compte mais se n est pas le vrai mite

marie 28/06/2009 16:33

Bonjour polly
Bien joli conte mais je suis pas ta Marie au grouet mdrr .
J'ai mit un lien vers ton blog si tu me permet car j'aime te lire
Amitié de Marie

polly 17/10/2009 08:55


Bonjour Marie et pardon d'avoir mis tant de temps à répondre... La vie nous oblige parfois à prendre du recul. Mais me voici de retour ici et sur Litterrances...
Au plaisir de te lire également.
Bien amicalement.
Polly/Clo


Déborah 24/06/2009 10:10

Génial, tout simplement génial ! Chapeau bas, Clo je suis époustouflée... tu es aussi douée sinon plus dans la création d'histoires enfantines que dans la composition de poèmes ! Tu as un secret ? Les muses de l'inspiration se sont penchées sur ton berceau quand tu étais petite ? L'histoire de cette Marie Grouette (et de cette méchante Roberta) est superbe... Tu devrais vraiment songer à publier tes écrits... je suis sèrieuse. Dés que j'ai un moment, je t'écris un mail pour t'en dire un peu plus, car au final ce n'est pas cher du tout... et vraiment tes écrits mériteraient à être connus...
Grosses bises Ma ch'tit préférée !
Déborah

polly 17/10/2009 08:50


Mille merci Deborah d'être passée dans cet espace que j'ai délaissé quelques mois...
Un blog ça va, deux blogs bonjour les dégats
Mais je vais essayer de m'y remettre.
Grosses bises à toi mon amie.